Les télédiffuseurs amorcent une nouvelle année dans un contexte de décroissance des investissements publicitaires en télévision au Québec. En effet, Nielsen rapporte, pour 2015, une baisse de 4,7 % des investissements, pour atteindre 723M $. Jumelés à la croissance des volumes publicitaires dirigés vers le digital et la nouvelle mesure du CRTC enjoignant les distributeurs à offrir des forfaits à un coût maximal aux consommateurs, les défis sont nombreux pour les propriétaires de chaînes télévision.

La richesse et la variété des contenus proposés sont remarquables tant du côté des réseaux conventionnels que de celui des chaînes spécialisées et numériques. Offrant plusieurs nouveautés, l’écoute des émissions de la soirée du lundi sera déterminante pour les grands réseaux. Pour réaffirmer leur positionnement et courtiser le consommateur, les chaînes spécialisées et numériques misent sur un grand nombre de productions originales et exclusives.

Tout est mis en œuvre pour susciter l’engagement et la fidélité des auditoires et freiner leur attrait vers des plateformes telles Netflix: les contenus sont disponibles sur tous les écrans, en diffusion en continu ou en rattrapage via la VSD, ou encore diffusés en primeur ou en exclusivité aux abonnés des plateformes numériques des grands groupes médias. Et les médias sociaux seront grandement utilisés pour créer l’engouement envers les contenus.

L’auditoire est placé au centre des décisions des groupes médias. Les opportunités sont nombreuses pour les annonceurs  de se rapprocher de cet auditoire qui, souhaitons-le, sera fidèle et captif!

Bonne lecture

Jungle Média